Femmes rurales: Trois jours pour dégager des perspectives porteuses d’espoir

Publié le par lompoly

Inscrite dans le plan opérationnel 2015-2016 de la paroisse de Dablo, l’assemblée générale ordinaire, des groupements et associations, des femmes catholiques, a connue sa réalisation les 11, 12 et 13 décembre 2015.  Cette rencontre a regroupé 44 délégués, de 14 groupements et associations de femmes, venus des 9 succursales majeures de ladite paroisse.  Ainsi, pendant trois jours, les femmes ont pu passer en revue les défis et priorités qui sont les leurs et dégager des perspectives porteuses d’espoir pour l’amélioration des conditions de vie de la femme, pour son épanouissement spirituel et pour le développement humain intégral et durable des communautés.
Photo de famille des Participantes à l'AG avec le curé de la paroisse

Photo de famille des Participantes à l'AG avec le curé de la paroisse

Une révolution en marche
 
Dans un premier temps, un tour de table a permis aux unes et aux autres de s’informer sur les réalités des conditions de vie des femmes et de leur effort d’organisation en vue du bien-être des foyers et des ménages. Malgré les nombreuses difficultés relevées, les participantes se sont néanmoins félicitées, car disent-elles : « la révolution est en marche ». En effet, la volonté de la femme d’être actrice de son propre développement est de plus en plus manifeste ; en témoignent les nombreux regroupements des femmes en association et groupement dans tous les villages, ainsi que les nombreuses initiatives dont elles sont les promotrices.
 
Les graves problèmes existentiels de la femme rurale
 
C’est sur cette logique d’optimisme et d’espoir que les femmes catholiques ont passé en revue les graves problèmes existentiels auxquels elles font face et qui impactent négativement la vie de la femme rurale. Ainsi, en référence à la conclusion des travaux de leur toute première assemblée générale qui s’est tenue les 18 et 19 janvier 2014, et dans la perspective de dégager des solutions durables, les femmes ont revisité les problèmes communs suivants  :
  • L’analphabétisme des femmes rurales ;
  • Le manque d’emploi ;
  • L’inexistence de systèmes de micro finances adaptés et d’accompagnement des femmes dans la zone ;
  • L’insécurité alimentaire qui oblige les chefs de ménage à mettre sous scellé la resserve commune familiale dès le mois de décembre obligeant chaque femme à se prendre en main et à nourrir ses enfants (et curieusement ainsi que le mari) jusqu’à la période de soudure (Juillet-août-Septembre).
  • Le poids des tâches domestiques qui ne leur laisse aucun répit pour consacrer plus de temps aux activités de développement ;
  • La question de la prise en charge des enfants (scolarité, santé, habillement, alimentation…) qui incombe prioritairement, dans une grande majorité des ménages, à la femme ;
  • Les pesanteurs socioculturelles :
    • La femme qui est toujours la « propriété » de l’homme ;
    •  Le manque de liberté pour les femmes d’œuvrer pour leur développement ;
    • La répartition inégale des terres, voire l’impossibilité dans certains cas pour la femme de posséder  des biens propres.
Face à ces nombreux problèmes, les femmes n’ont pas manqué de se poser des questions légitimes : Pourquoi ? Comment ? A qui la faute et quelle est leur part de responsabilité ? Que faire ?
 
 Le plaidoyer de la femme rurale de la paroisse de Dablo 
Un engagement ferme et visible

Un engagement ferme et visible

L’analyse de tous ces problèmes a permis aux femmes de reconduire leur plaidoyer à l’Equipe pastorale et à l’EPA-OCADES Caritas de la paroisse pour solliciter appui et accompagnement.
A l’équipe pastorale, il a été  réitéré :
  • de travailler davantage dans le sens des changements de mentalités et de la libération de la femme qui est toujours enfermée dans le carcan des pesanteurs socioculturelles ;
  • de soutenir les femmes avec des formations spirituelles adaptées pour leur permettre d’affronter les défis qui leurs sont propres.
A l’EPA OCADES Caritas/DABLO les femmes ont encore sollicité:
  • Une possibilité de mise en place d’un système de micro crédit accessible et adapté à leur contexte et réalité, pour leur permettre d’entreprendre des activités génératrices de revenus réalistes et profitables (Petits commerces, élevages…). A cet effet, des suggestions pertinentes ont été faites dans le sens de l’échéance des prêts (début et durée), le capital minimum à prévoir en fonction des activités envisagées…
  • La réalisation de moulins pour l’allègement des tâches domestiques dans les villages et la mise en place d’un système de gestion performant pour assurer la pérennité des infrastructures ;
  • L’amélioration des besoins en eau potable ;
  • La possibilité d’octroi de matériels et d’intrants agricoles: animaux à traction (âne ou bœuf), charrues, rayonneurs, semences améliorés…
  • La formation sur la gestion familiale en temps d’insécurité alimentaire ;
  • La création de banque de céréales, d’engrais et d’aliments à bétails pour les femmes ;
  • L’aménagement de périmètres maraîchers pour les femmes dans les localités qui disposent de points d’eau à cet effet.
Une piste pour solutionner l’analphabétisme des femmes rurales ?
Pour lutter contre l'analphabétisme des femmes rurales

Pour lutter contre l'analphabétisme des femmes rurales

Cependant, conscientes qu’elles doivent saisir le taureau par les cornes avant de continuer à espérer une réponse favorable à leur plaidoyer, les femmes se sont accordées d’ors et déjà à s’attaquer au problème de l’analphabétisme qu’elles considèrent comme l’une des causes de leur piètre condition de vie. Pour ce faire, elles se sont engagées à s’organiser par village avec les moyens de bord pour initier des séances d’alphabétisation, eu égard à l’inexistence de centre d’alphabétisation dans la zone. La participation à cette activité nécessitera pour chacune des bénéficiaires, l’apport d’une contribution qui servira à motiver le formateur pendant toute la durée de l’alphabétisation.
 
Un nouveau bureau de coordination paroissiale des femmes
 
L’assemblée générale a pris fin le dimanche 13 décembre, avec l’élaboration d’un programme d’activités de l’année 2015-2016, et l’élection d’un nouveau bureau de coordination paroissiale dont les membres sont les suivants :
NOM ET PRENOMS
FONCTION
VILLAGE
1
Sawadogo Léa Téné
Présidente
Dablo
2
BAMOGO Yamtouba Suzanne
Vice-présidente
Guendbila
3
BAMOGO Dénise
Secrétaire générale
Dablo
4
BAMOGO Marie Talato
Secrétaire générale adjointe
Daké
5
SAWADOGO T. Victorine
Trésorière
Dablo
6
BAMOGO Célestine Mamounata
Trésorière adjointe
Foubé
7
SAWADOGO Odile
Déléguée à l’information
Toekedgo
8
OUEDRAOGO Marceline
Déléguée adjointe à l’information
Loada
9
BAMOGO Françoise Minata
1ère commissaire au compte
Bawênné
10
SAWADOGO Solange
2ème commissaire au compte
Sago
11
SAWADOGO Bibiane
Déléguée à la liturgie et à la culture
Dablo
12
OUEDRAOGO Augustine
Déléguée adjointe à la liturgie et à la culture
Daké
 
Le bureau de la coordination paroissiale des femmes

Le bureau de la coordination paroissiale des femmes

Père Olivier Poly LOMPO
Curé de la paroisse de DABLO
DIOCESE DE KAYA
BURKINA FASO
Afrique de l'Ouest
 

Publié dans Développement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article