VIH/SIDA: Conscientes de leurs rôles et responsabilités, les autorités s'engagent!

Publié le par lompoly

Plaidoyer pour l'implication des PVVIH dans la vie et le développement de la communauté
Monsieur le Haut-Commissaire de la Province du Sanmatenga
  • Monsieur l’abbé Roger OUEDRAOGO, Vicaire général, représentant Mgr Thomas KABORE.
  • Madame et messieurs les maires des communes ;
  • Monsieur le Représentant du Président du Conseil Régional ;
  • Autorités Coutumières et Religieuses ;
  • Mesdames/Messieurs les Directeurs Régionaux et chefs de services ;
  • Monsieur le Secrétaire Exécutif diocésain de l’OCADES Caritas/Kaya ;
  • Monsieur le Chef d’Antenne Régionale du SP/CNLS du Centre Nord ;
  • Responsables de projet/programme, ONG et Associations de développement ;
  • Abbé Olivier Poly LOMPO, Coordonnateur du Projet SIDA ;
  • Messieurs les Coordonnateurs Paroissiaux des comités de lutte contre le Sida et de la promotion de la Santé ;
  • Distingués invités en votre rang, titre et qualité respectif
  • Chers Participants – Chers frères et sœurs ;
  • Mesdames/Messieurs.
L’honneur m'échoit de prendre la parole au nom des autorités politiques et administratives à cet atelier de plaidoyer qui vise à contribuer et à renforcer la prise en compte et l’implication des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) dans la vie et le développement de nos différentes communautés humaines.
Mesdames, messieurs,
La menace du SIDA continue d’être une réalité préoccupante dans le monde. Aujourd’hui, au nombre des défis majeurs de notre société figure celui de la lutte contre le VIH/SIDA. Un véritable défi, en ce sens que les solutions requièrent à la fois une importante somme de sacrifices, une prise de conscience de tous sur l’ampleur du phénomène. Le SIDA n’est plus une fatalité mais demeure tout de même une préoccupation des pouvoirs publics qui l’ont déclaré problème de développement et de santé publique. Du reste, les recherches contre le SIDA avancent de par le monde et il convient de se donner des raisons d’espérer.
Hélas, la pandémie a déjà fait des ravages et laisse des séquelles. Nous sommes certainement tristes de compter des orphelins mais la présence des PVVIH est un sérieux gage de victoire contre le SIDA. C’est pourquoi je me réjouis des actions menées par  l’OCADES Kaya et le Comité diocésain de lutte contre le fléau de manière à engager toutes les forces vives de notre province dans ce combat pour la vie et le développement. Des efforts ont certes été fournis en vue de stabiliser la progression de la pandémie. Ainsi la prise de mesures fortes comme la gratuité de l’accès aux ARV ; la mise en place et la  décentralisation des services  de PTME ; l’appui psychosocial et économique aux PVVIH ; le soutien alimentaire, vestimentaire, sanitaire et scolaire aux OEV ; l’intensification de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination…, ont permis l’amélioration des conditions de vie des personnes infectées et affectées par le VIH.
Chers participants et participantes, l’œuvre de construction nationale étant le grand chantier où nous travaillons pour les futures générations, nous devons au-delà des acquis entreprendre des solutions prospectives plus probantes visant à mettre fin à l’épidémie du VIH au Burkina Faso d’ici à 2030, d’où l’intérêt de cet atelier de plaidoyer.
Chers participants et participantes,
Les autorités administratives et politiques sont conscientes de leur rôle et des responsabilités qui sont les leurs dans le contexte de la lutte contre le SIDA et de la promotion du bien être des personnes infectées et affectées. Notre rôle est de bien mobiliser et de valoriser le potentiel des PVVIH. Notre engagement est d’impliquer d’avantage dans les sphères de décision de l’État, ces hommes et femmes de valeur souvent objet de stigmatisation et de discrimination. Les PVVIH, comme tout autre malade, ont le droit de s’afficher. Au lieu de les stigmatiser nous devons les accompagner, les assister les soutenir et œuvrer à les intégrer dans la société.
C’est en cela que nous renouvelons notre ferme engagement à promouvoir des plans et programmes qui prennent en compte la thématique du VIH/SIDA, tout en continuant à lutter sans ménagement contre la stigmatisation et la discrimination à  l’égard des personnes vivant avec le VIH/SIDA dans tous les niveaux de la vie publique.
C’est pourquoi je note avec satisfaction la présence des personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA à cet atelier et les remercie pour leur témoignage, preuve de leur réelle implication dans le plaidoyer pour l’amélioration de leur propre condition de vie. A notre avis, il n’y a pas de meilleur plaidoyer que la parole portée par ceux-là mêmes qui en sont directement touchés. Je vous prie donc de ne plus vous cachez derrière le mur du silence et de la honte,  car vous avez désormais notre soutien inconditionnel.
C’est ici, le lieu de s’en convaincre que l’organisation de groupe d’entraide mutuelle est en elle-même une forme de plaidoyer qui s’attaque aux clichés, à la stigmatisation et à la discrimination. Ainsi, la création de groupes d’entraide est-elle une fondation vitale du plaidoyer pour le changement de politiques et de comportements. Je vous invite donc à en faire votre leitmotiv et votre cheval de bataille.
Chers participants et participantes.
Je n’ai saurai terminer mon propos sans réitérer mes sincères remerciements, aux acteurs du monde de la santé, au monde communautaire, aux religieux et coutumiers, aux ONG et associations pour les efforts, sans cesse, renouvelés dans la lutte contre le VIH/SIDA et surtout dans la promotion du bien-être des personnes vivant avec le VIH.
Je plaide pour plus de mobilisation de ressources, de renforcement du système de prise en charge actuel des PVVIH et des OEV qui sont des objectifs étroitement liés aux droits humains, à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien psychosocial et spirituel.
C’est sur ces notes d’espoir et en vous souhaitant un bon retour dans vos localités respectives que je déclare clos les travaux de l’atelier de plaidoyer sur le VIH/SIDA.
Je vous remercie !
 
Monsieur Patrice SORGHO
Haut-Commissaire de la Province du Sanmatenga
Parrain de l’atelier
Solidarité des participants de l'atelier avec les personnes infectées et affectées du VIH/SIDA

Solidarité des participants de l'atelier avec les personnes infectées et affectées du VIH/SIDA

Publié dans Développement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article