Conte moaaga: Le serpent et le crapaud

Le serpent et le crapaud

 

            Le serpent rencontra un jour le crapaud et se mit à lui conter ses exploits : « vois-tu, dit-il, au crapaud, en une semaine j’ai mordu vingt personnes et des vingt il n’y a qu’une seule qui soit toujours en vie et qui ne tardera d’ailleurs pas à mourir. Mon venin est terrible ! » Le crapaud lui répondit : « mon cher, détrompes-toi, ton venin n’est pas plus virulent que le mien. Si tu arrives à faire mourir les hommes c’est parce que tu es arrivé à semer le trouble dans leur conscience. Ils ont une telle hantise de ta personne qu’ils meurent à l’idée qu’ils sont victimes de tes morsures.

            « Non ! Insista le serpent. C’est bien mon venin qui les tue ! » Le crapaud entreprit de lui prouver que c’est la peur et non le venin qui tue les hommes. Il proposa ceci au serpent : « Nous allons tous deux nous embusquer dans l’herbe ; moi je vais mordre le premier passant et toi tu te manifestes comme étant l’auteur, ensuite nous inverserons les rôles pour le second passant. Le serpent accepta la proposition ainsi le crapaud mordit le premier passant, se cacha dans les herbes et le serpent se fit voir en passant devant l’homme pour se cacher dans un trou. L’homme se dit qu’il a été mordu par un serpent et ses jours étaient comptés. Et effectivement, quelques jours après, il mourut.

            Le second passant fut mordu par le serpent et c’est le crapaud qui se manifesta. Il se dit : « c’est un simple crapaud, sa morsure n’est pas mortelle, je n’ai donc pas à m’inquiéter ». Et il ne lui advint rien. La preuve était faite que la peur jouait un grand rôle dans les morsures de serpent. C’est depuis ce jour que le crapaud aussi entreprit de se faire craindre par les hommes en se gonflant quand on le touche et en faisant un bruit assourdissant dans les bas-fonds, les étangs etc.